Une poupée qui dit "non" quand on veut la nourrir crée la polémique | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Enfant qui joue à la poupée
Enfant qui joue à la poupée
©Reuters

Elle dit "Non Non Non Non"

Une poupée qui dit "non" quand on veut la nourrir crée la polémique

Les associations luttant contre les troubles alimentaires accusent le fabricant du jouet de pousser les petites filles à l’anorexie.

"Nenuco Don't Eat", "Nenuco No Me Come" est une poupée qui dit Non Non Non Non. Le fabricant de jouets espagnol Famosa a créé une poupée qui refuse la nourriture que les enfants essayent de lui mettre dans la bouche. Les associations luttant contre les troubles alimentaires s’insurgent et taxent le jouet d’ "anorexique".

"Cette poupée envoie un mauvais message aux fillettes et ceci les encourage à penser que refuser de la nourriture est un comportement normal", a déclaré Chris Leaman, Policy manager de YoungMinds. "Nous ne voulons pas que nos enfants soient influencés par cela", a-t-il poursuivi, relayé par The Daily Mail.  "Promouvoir ce qui semble être une poupée anorexique est complètement malsain", a renchéri Anita Worcester de l'association des troubles alimentaires SWEDA. "Tout ce qui peut encourager les enfants à penser que le refus de se nourrir est un comportement normal est vraiment très inquiétant", a souligné Siobbhan Freegard, du site Netmums.

Mais pour Famosa, cette poupée est simplement censée représenter un bébé au stade de sa vie où il commence à dire "non". "Nous savons que les enfants ne mangent pas toujours la nourriture qui leur ai donnée. Cette poupée démontre à quel point il est important qu'un enfant mange correctement" se défend Nikki Jeffery, directrice marketing de la branche britannique de Famosa. "Il est question, ici, de donner aux fillettes une expérience commune aux réelles mamans. En aucun cas, nous n'encourageons les enfants à refuser de se nourrir", a-t-elle conclu. 

Lu sur Gentside

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !