Un riche couple d’Indiens lègue sa fortune à son singe de compagnie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le couple considèrent leur singe Chunmun comme leur fils
Le couple considèrent leur singe Chunmun comme leur fils
©Reuters

C'est dingue !

Un riche couple d’Indiens lègue sa fortune à son singe de compagnie

Shabista et Brajesh Srivastava ont créé une fondation pour prendre soin de leur animal après leur mort.

Un riche couple d'Indiens a désigné comme seul héritier Chunmun, leur singe de compagnie. Shabista âgée de 45 ans est une avocate à succès et son mari, Brajesh Srivastava, âgé de 48 ans, possède plusieurs entreprises, dont une chaîne de télévision et une usine de farine, toutes nommées Chunmun, comme leur animal.

Brajesh Srivastava et sa femme Shabista n'ont pas d'enfants et considèrent Chunmun comme leur fils. Ils ont même créé une fondation pour prendre soin de l'animal après leur mort. "Nous n'avons pas d'enfants et Chunmun est comme un fils pour moi. Je veux être sûre que, même si nous mourrons, sa vie n'en sera pas affectée, et qu'il continuera à vivre dans les mêmes conditions", a déclaré à l'AFP Shabista.

Si aujourd’hui le couple est propriétaires de sa maison et possède des terrains et des économies, la vie n’a pas toujours été aussi facile. Les époux, chassés de leurs familles respectives après s'être mariés contre leur avis, étaient pauvres quand ils ont adopté le singe en 2004. Ils associent l'animal à leur réussite. 

Chunmun, âgé de seulement 10 ans, pourrait très bien survivre à ses "parents", les singes ayant une espérance de vie qui peut atteindre 35 à 40 ans. Après sa mort de, l'argent du fonds pourra être consacré à la protection des singes en Inde, où ces animaux sont souvent maltraités.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !