Un internaute mécontent s'offre un tweet sponsorisé pour se plaindre de British Airways | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Photo d'illustration.
Photo d'illustration.
©Vimeo / Cy Kuckenbaker

Colère 2.0

Un internaute mécontent s'offre un tweet sponsorisé pour se plaindre de British Airways

Une telle publication sur le réseau social coûte plusieurs milliers d'euros.

Hasan Syed doit particulièrement en vouloir à British Airways. Alors que la compagnie aérienne britannique a perdu la valise de son père, ce client mécontent a décidé de faire savoir au monde à quel point la situation lui déplaisait. Après avoir pesté plusieurs fois contre la société via Twitter, Hasan a décidé de passer à la vitesse supérieure en s'offrant un tweet sponsorisé.

Les tweets sponsorisés, apparus en 2010 sur le réseau de micro-blogging, permettent généralement à une société de payer pour faire apparaître son contenu chez un maximum d'internautes, susceptibles d'être intéressés par ses produits. Le tweet a donc été détourné de sa fonction initiale pour servir de supports aux plaintes d'Hasan Syed. Que ceux qui souhaitent imiter le jeune homme y réfléchissent à deux fois : un tweet sponsorisé peut coûter plusieurs milliers d'euros. Hasan Syed a, lui, déboursé 1 000 dollars pour être vu par 76 800 internautes.

British Airways a fini par contacter - toujours sur Twitter - le client furieux, l'invitant à lui faire part de la référence de la valise égarée. Rien ne dit si la famille Syed a récupéré sa valise. Mais au vu de l'échange de messages qui a suivi cette proposition de la compagnie aérienne, on peut en douter. Au moins le jeune aura-t-il eu l'occasion, comme il l'a annoncé sur… Twitter, d'être interviewé par la CNN.

 

Lu sur Clubic

Le sujet vous intéresse ?

Thématiques

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !