Un boulanger reçoit une facture d'électricité de 13 000€ | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Le compteur a été noyé par la crue.
Le compteur a été noyé par la crue.
©Reuters

Too much

Un boulanger reçoit une facture d'électricité de 13 000€

Son magasin, noyé par une crue au mois de juin, n'est plus ouvert depuis deux mois.

Une facture de 12 653,50 euros. C'est très exactement ce que réclame EDF à Marc Lahon, un boulanger et propriétaire d'un sex shop de la commune de Saint-Béat (Haute-Garonne). Cette facture vaut pour la période durant laquelle ce dernier n'a pas pu travailler. Son magasin, détruit par une crue au mois de juin, n'a pas été ouvert depuis. "J'ai dû recevoir la facture pour l'ensemble du village", ironise-t-il, rappelant au passage que ses factures se chiffrent habituellement à hauteur de "500/600 euros".

Ce montant exorbitant peut toutefois s'expliquer. "Le compteur était sous les eaux. Ce n'est pas étonnant qu'il ait pété un plomb au sens propre. Il y a eu court-circuit avec l'enseigne lumineuse allumée au moment où l'eau est montée", raconte Marc Lahon. Le problème réside en revanche dans la réaction d'EDF. "Le problème est qu'à chaque fois, depuis vendredi dernier, date à laquelle la facture est arrivée, où j'ai réussi à parler à des interlocuteurs EDF, je n'ai pas obtenu de réponse claire. Ils disent qu'ils vont annuler la facture et tout recalculer. Ce qui est sûr, c'est que je ne peux pas payer une telle somme alors que mon activité est terminée depuis plus de deux mois", explique le boulanger.

Marc Lahon ne sait d'ailleurs pas quand il pourra reprendre le travail, ses deux magasins ayant été complètement détruits par le mètre d'eau et de vase qui a déferlé sur le village.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !