TV : les personnes "non blanches" surreprésentées dans les "activités illégales" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
TV : les personnes "non blanches" surreprésentées dans les "activités illégales"
©Reuters

Vu à la TV

TV : les personnes "non blanches" surreprésentées dans les "activités illégales"

Le CSA a publié son "baromètre de la diversité" vendredi.

Le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a publié vendredi son baromètre de la diversité, rapport annuel publié depuis 2009 dans lequel le gendarme de l'audiovisuel fait le point sur la représentation de la "diversité" à la télévision.

Cette année, le CSA remarque que le nombre de nombre de personnes "perçues comme non blanches" a légèrement augmenté : il était de 16% en 2016, contre 14% en 2014. C'est un niveau équivalent à celui de 2016, montre le rapport. Ces chiffres sont tirés vers le haut grâce aux programmes de sport et aux fictions, note-t-on. 

Puisqu'il est interdit en France de faire des statistiques ethniques (sauf pour le CSA, donc), difficile de savoir si ces chiffres sont représentatifs ou non de notre pays. Cela n'empêche pas le CSA d'affirmer qu'avec seulement 11% de personnes non blanches, les programmes d'information ne reflètent pas "justement la diversité de la société française". Idem dans les programmes de fiction, où le CSA note que les fictions étrangères accordent aux non-blancs une place "significativement plus importante".

Le rapport pointe le fait que les "attitudes négatives" sont incarnées à 25% par des personnes "perçues comme non blanches" (contre 20% en 2015), un chiffre pourtant proche de ceux des "attitudes positives", qui le sont à 23% (en forte progression par rapport aux 14% relevés en 2015).

Les personnes "perçues comme non blanches" sont surreprésentées dans les activités marginales ou illégales, à hauteur de 34%, poursuit le CSA.

"Notre système audiovisuel n'est pas à la hauteur. Si on voit l'autre majoritairement dans des circonstances où il nous fait peur, où il représente un danger, alors nous contribuons, par l'audiovisuel, à rendre cette société haineuse. La télévision a un rôle majeur dans la constitution des opinions de notre pays", a commenté à l'AFP Mémona Hintermann, conseillère au CSA en charge de la diversité.

Lu sur Europe 1

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !