Turquie : ouverture d'un tunnel sous-marin entre l'Europe et l'Asie | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Turquie : ouverture d'un tunnel sous-marin entre l'Europe et l'Asie
©

Inauguration

Turquie : ouverture d'un tunnel sous-marin entre l'Europe et l'Asie

Le Marmaray relie les deux rives du Bosphore.

La Turquie a inauguré le premier tunnel sous le Bosphore qui relie l'Europe et l'Asie. Long de 14km - dont 1 400m immergés -, le Marmaray a pour objectif de fluidifier le trafic intercontinental sur un trajet que des millions de Stambouliotes effectuent chaque jour. La construction de ce tunnel a été lancée en 2004 et aura coûté plus de 2 milliards d'euros. Le projet d'un tunnel qui rallierait les deux rives du Bosphore avait été imaginé dès 1860 par Simon Préault, un ingénieur français.

Le Marmaray permettra de franchir le Bosphore en seulement 4 minutes et transportera environ 75 000 passagers par heure dans chaque sens. Le départ d'un train toutes les deux minutes est prévu aux heures de pointe. Cet axe sera connecté au métro ainsi qu'à la ligne TGV en cours d'aménagement vers Ankara dont un tronçon a été inauguré mardi, en même temps que le Marmaray. Un deuxième tunnel, conçu pour les voitures, devrait voir le jour en 2015.

Les travaux du Marmaray ont été financés en grande partie par l'Agence japonaise de coopération internationale et ont été supervisés par le groupe Taisei. Le tunnel se trouve par ailleurs à moins de vingt kilomètres d'une faille sismique jugée hautement sensible. Il a donc fallu concevoir une structure antisismique flexible, à l'image de celle de certains immeubles. Selon les scientifiques, un tremblement de terre d'une force supérieure à 7 sur l'échelle de Richter pourrait avoir lieu dans les trente prochaines années.

Lu sur Le Monde

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !