Le tueur à gages sous le charme de sa victime | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Amour, gloire et ketchup....
Amour, gloire et ketchup....
©Flickr/overthinkingme

Telenovelas

Le tueur à gages sous le charme de sa victime

L'histoire est digne des plus incroyables séries télévisées.

Le scénario est digne d'une série télévisée. Tout y est : amour, intrigue, tromperie, escroquerie, jalousie... et pourtant l'histoire est bien réelle.

Carlos Roberto, tueur à gages dans l'État de Bahia au Brésil, a été engagé pour assassiner la belle Iranildes Araujo Aguiar. La commanditaire de ce meurtre est une femme jalouse qui soupçonnait la "cible du contrat" d'entretenir une relation avec son mari. Moyennant 400 euros, le dangereux Carlos devait mettre un terme à la vie de Iralnides. Seulement voilà, la passion s'est emparée de ces deux âmes : Carlos et Iranildes sont tombés éperdument amoureux.  

Comme dans toutes telenovelas qui se respectent, l'histoire ne pouvait s'arrêter là. Le tueur à gages choisit au contraire de tout confesser à sa belle et ensemble, ils décident de maquiller le crime. Ils commencent par prendre des photos d'Iranildes bâillonnée, chemise déchirée et poursuivent leurs méfaits en couvrant la susdite victime de ... ketchup. Ils envoient ensuite les clichés à la commanditaire, Maria Simoes Nilza, ravie d'un tel résultat, qui paye sans hésiter son dû. 

Se croyant à l'abri, les deux tourtereaux s'exposent amoureux et ensemble dans les rue de la ville. Comble de la malchance, le couple tombent nez à nez avec Maria Simoes Nilza. Furieuse d'avoir ainsi été dupée, la commanditaire porte plainte pour "non-exécution de contrat rémunéré." Grossière erreur car la voilà désormais plongée dans un improbable imbroglio judiciaire avec les deux autres protagonistes. Maria Nilza est poursuivie pour "tentative de meurtre", alors que les deux autres ont été arrêtés pour "escroquerie." Finalement, entre la réalité et la fiction, il n'y a décidément qu'un pas ... 

Lu sur Le Point.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !