Sodas : ils seraient à l'origine de 180 000 morts par an | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Une étude américaine affirme que 180 000 décès dans le monde chaque année pourraient être liés à la surconsommation de sodas.
Une étude américaine affirme que 180 000 décès dans le monde chaque année pourraient être liés à la surconsommation de sodas.
©Reuters

Coca-cola m'a tuer

Sodas : ils seraient à l'origine de 180 000 morts par an

C'est ce que révèle une récente étude américaine...

Boire trop de boissons sucrées est mauvais pour la santé. La nouvelle n'est pas neuve. Mais une récente étude américaine, publiée mardi par la American Heart Association, va plus loin et affirme que 180 000 décès dans le monde chaque année pourraient être liés à la sur de sodas. Les boissons sucrées, mais aussi les jus de fruits, sont à l'origine de diabètes, de maladies cardiovasculaires, mais aussi de certaines formes de cancer. Autant de maladies qui peuvent être fatales.

Pour le Dr. Gitanjali Singh, co-auteur de l'étude et chercheur à la Harvard School of Public Health de Boston, ces découvertes doivent pousser les dirigeants à mettre en place des politiques plus efficaces pour "limiter la consommation de boisson sucrées". Il estime qu'il faut mettre en place des "taxes, des campagnes de communication massives" et limiter la vente de sodas dans les commerces. Un discours qui fait échos à celui du maire de New York, Michael Bloomberg qui souhaitait interdire la vente de boissons sucrées et de sodas de plus d'un demi-litre.

Comme le rappelle le site L'Essentiel, les Mexicains sont les plus gros consommateurs de sodas au monde. Une vilaine habitude alimentaire qui causerait la mort de 318 personnes pour 1 million d'adultes. Les Japonais sont ceux qui consomment le moins de boissons sucrées. Résultat : le taux de mortalité baisse à 10 décès pour 1 million d'adultes.

 

Lu sur le Parisien.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !