Sexisme royal : l'enfant de Kate et William n'aura pas les mêmes droits si c'est une fille | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Le couple princier attend son premier enfant.
Le couple princier attend son premier enfant.
©

Droits des femmes

Sexisme royal : l'enfant de Kate et William n'aura pas les mêmes droits si c'est une fille

Si l'enfant est un garçon, il héritera du titre de duc de Cornouailles. Pas si c'est une fille.

Les règles de succession de la famille royale britannique sont rarement accusées d'être sexistes. D'ailleurs, que l'enfant de Kate et William soit un homme ou une femme, il deviendra immédiatement troisième dans l'ordre de succession au trône, après le prince Charles et le prince William.

Le sexe de l'enfant ne sera toutefois pas sans conséquence : si c'est un garçon, il deviendra duc de Cornouailles, titre actuellement détenu par le prince Charles depuis 1952. Mais ce titre, le dernier encore attaché à un duché réel (celui de Cornouailles, dans le sud-ouest de l'Angleterre) se transmet toujours au fils le plus âgé du souverain. Le titre fut créé pour Édouard, le fils aîné d'Édouard III, en 1336, et les règles n'ont depuis pas été modifiées.

A défaut de titre, l'éventuelle fille du couple princier toucherait néanmoins des revenus des terres du duché pour couvrir le coût de ses fonctions publiques. 

Des membres du Parlement britannique se sont émus de cette situation et ont demandé le changement des règles d'héritage. "Il devrait y avoir un principe simple d'hérédité, selon lequel l'aîné du couple hérite du titre, peu importe son sexe, a estimé la député Mary Macheod. Cela devrait être valable pour le titre de Duc de Cornouailles comme pour tout autre titre."

Hugo Vickers, le Stéphane Bern britannique, estime également que "si on autorise une fille à être héritière du trône, malgré la naissance de fils plus jeunes, elle devrait avoir le droit de devenir Duchesse de Cornouailles.

Lu sur le Daily mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !