Sexe : et les zones érogènes préférées des hommes sont... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Les trois parties du corps les plus érogènes chez l'homme sont : le pénis, la bouche et les lèvres, et les testicules.
Les trois parties du corps les plus érogènes chez l'homme sont : le pénis, la bouche et les lèvres, et les testicules.
©Reuters

Oh oui !

Sexe : et les zones érogènes préférées des hommes sont...

Des chercheurs ont demandé à 800 personnes de noter sur 10 l'intensité de l'excitation sexuelle que leur procuraient 41 zones corporelles.

Des chercheurs des universités de Bangor, de Swansea (Pays de Galles) et de Johannesburg (Afrique du Sud) ont interrogé 300 hommes et 500 femmes pour découvrir les parties de leur corps les plus érotiques, rapporte Le Figaro. Les scientifiques ont demandé aux "cobayes" de noter sur 10 l'intensité de l'excitation sexuelle que leur procuraient 41 zones corporelles. A souligner que la majorité des personnes interrogées venaient d'Afrique subsaharienne (53%) et des îles britanniques (33%), et que la plupart se déclaraient hétérosexuels (84%).

Pour ces messieurs, les parties les plus érogènes du corps sont : le pénis (9/10) ; la bouche et les lèvres (7) ; les testicules (6,5) ; l'intérieur des cuisses (5,8) ; le haut de la nuque (5,6) ; les tétons (4,8) ; le périnée (4,8) ; la nuque (4,5) et les oreilles (4,3).

Pour ces dames : le clitoris (9,1/10) ; le vagin (8,4) ; la bouche et les lèvres (7,9) ; le haut de la nuque (7,5) ; les seins (7,3) et les mamelons (7,3) ; l'intérieur des cuisses (6,7) ; la nuque (6,2) ; les oreilles (5) et le bas du dos (4,7).

Le but de l'étude n'était pas de déterminer un classement précis des zones érogènes, mais de faire tomber le préjugé selon lequel les hommes ont beaucoup moins de points d'excitation que les femmes.

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !