Serge, le lama kidnappé à Bordeaux : son "ravisseur" raconte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Serge le lama, alias "Kusco", et ses nouveaux amis.
Serge le lama, alias "Kusco", et ses nouveaux amis.
©Capture d'écran

Gros délire

Serge, le lama kidnappé à Bordeaux : son "ravisseur" raconte

L'alcool aidant, cinq jeunes ont volé l'animal dans un cirque et lui ont fait prendre le tramway...

Depuis quelques jours, Serge est une véritable star du Web. Ce lama bordelais, volé jeudi par un groupe de fêtards ivres, fait le bonheur des internautes sur les réseaux sociaux. Désormais, le camélidé possède même une page Facebook et un vrai-faux compte Twitter... 

Mathieu, un des cinq "ravisseurs", a raconté à Sud Ouest cette folle aventure. De retour d'une soirée bien arrosée, le groupe d'amis passe devant un cirque. Ils pénètrent dans la partie zoo et font alors la connaissance de "Kuzco" - c'est ainsi qu'ils ont surnommé le lama, "comme dans le dessin animé" Disney.

Pas farouche "et pas cracheur", l'animal - Serge de son vrai nom - suit la petite bande. "Là, on est retombés en enfance", résume Mathieu. "On a trouvé de la musique de cirque sur nos smartphones, on l'a mise à fond et on a joué aux dompteurs de lama."

Ensuite, ils décident d'emmener Kuzco faire un petit tour en ville... "Ce n'était pas un acte militant pour libérer des animaux de cirque ni quelque chose de prémédité pour nuire. Ça s'est fait comme ça, dans l'instant", assure-t-il. Dans la rue, le groupe ne passe pas inaperçu. "Les gens étaient à la fois surpris et morts de rire." 

L'idée de trop ? Avoir fait prendre le tramway au lama : "Très vite, les agents de Keolis arrivent, font descendre l'animal, l'attachent à un lampadaire. Mathieu et ses amis remontent dans la rame et seront interpellés" un peu plus loin, raconte Sud Ouest.

Lu sur Sud Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !