Ryanair : la compagnie low-cost veut supprimer les toilettes de ses avions | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Ryanair prévoit d'atteindre les 100 millions de passagers en 2015
Ryanair prévoit d'atteindre les 100 millions de passagers en 2015
©REUTERS/Albert Gea

Bus avec des ailes

Ryanair : la compagnie low-cost veut supprimer les toilettes de ses avions

Pour Michael O'Leary, le patron de Ryanair, "n’en garder qu’un sur quatre suffit largement [...] Cela me permettrait de gagner six sièges".

Michael O'Leary n'a pas sa langue dans sa poche. Le provocateur patron de Ryanair fait parler de lui et il aime ça. Après avoir déclaré mercredi 10 avril que les aéroports français fonctionnaient selon un "modèle communiste", le PDG irlandais a fait une nouvelle annonce tonitruante : il veut supprimer les toilettes de ses avions. "N’en garder qu’un sur quatre suffit largement, nos trajets étant en moyenne d’un peu plus d’une heure. Cela me permettrait de gagner six sièges" déclarait-il mercredi, selon le Républicain lorrain.

Ce n'est pas la première fois que le patron de la compagnie low-cost - qui vient tout de même de commander 175 Boeing 737-800 pour 15,6 milliards d’euros et prévoit d'atteindre les 100 millions de passagers en 2015 - fait part de sa vision innovante de l'aviation civile. Pour celui qui considère que l'avion n'est rien d'autre su'un bus avec des ailes, l'obsession principale est de baisser les coûts (et donc de maximiser les profits), quitte à baisser au maximum la notion toute relative de confort. Au programme de ces projets, on compte l’idée de faire voyager les passagers debout, de supprimer le copilote, de faire payer l’accès aux toilettes, d’enlever les accoudoirs pour alléger l’avion ou de demander une surtaxe aux obèses.

Si aucun de ces projets n'a été autorisés, on peut faire confiance à Michael O'Leary pour continuer à faire chuter les coûts des trajets de Ryanair... et à ne pas avoir sa langue dans sa poche !

Lu sur le Républicain lorrain

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !