Réparations : les garagistes vont devoir proposer aux automobilistes d'utiliser des pièces détachées d’occasion | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Réparations : les garagistes vont devoir proposer aux automobilistes d'utiliser des pièces détachées d’occasion
©Reuters

Recyclage

Réparations : les garagistes vont devoir proposer aux automobilistes d'utiliser des pièces détachées d’occasion

Cette nouvelle obligation permettra de diminuer la facture des réparations et de favoriser le recyclage.

La ministre de l’Énergie et de l’Environnement, Ségolène Royal, a signé le décret prévu par la loi sur la transition énergétique de 2015 relatif à l'utilisation de pièces de rechange automobiles issues de l'économie circulaire, annonce le magazine Que Choisir. Il prévoit l'obligation aux garagistes de proposer à leurs clients de réparer leur voiture avec des pièces d’occasion. A partir du 1er janvier 2017, "tout professionnel qui commercialise des prestations d'entretien ou de réparation de véhicules automobiles permet aux consommateurs d'opter pour l'utilisation, pour certaines catégories de pièces de rechange, de pièces issues de l'économie circulaire à la place de pièces neuves", indique le décret.

Bien entendu, cette règle ne concernera pas toutes les pièces, pour des raisons de sécurité, et elle dépendra aussi de la gravité de la réparation. Néanmoins, cela devrait permettre de baisser la facture, note Que choisir. En effet, les pièces d’occasion s’affichent à des prix très compétitifs (jusqu’à 80 % inférieur à celui du neuf). Au final, les pièces d’occasion permettront de faire baisser la facture d’au moins 20 à 30 %.

Réparer un véhicule à moindre coût permettra aussi, parfois, d'éviter sa mise à la casse pour cause de facture trop élevée.

Lu dans Que choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !