Pour le centenaire de l'indépendance de la Finlande, des Norvégiens veulent offrir une montagne à leurs voisins | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le sommet de la montagne Halti, qui s'élève à 1 365 mètres, deviendrait ainsi techniquement finlandais.
Le sommet de la montagne Halti, qui s'élève à 1 365 mètres, deviendrait ainsi techniquement finlandais.
©Reuters

Grandeur nature

Pour le centenaire de l'indépendance de la Finlande, des Norvégiens veulent offrir une montagne à leurs voisins

il faudrait pour cela déplacer d'environ 200 mètres la frontière entre les deux pays.

En Norvège, des internautes ont lancé une campagne afin que leur pays offre à son voisin Finlandais un cadeau d'un genre particulier : Une montagne, ni plus ni moins. La Finlande ne comptant aucun sommet sur son territoire, il faudrait pour cela déplacer d'environ 200 mètres la frontière entre les deux pays. Le sommet de la montagne Halti, qui s'élève à 1 365 mètres, deviendrait ainsi techniquement finlandais, et ne représenterait qu'un sacrifice restreint pour la Norvège (0,015 de kilomètre carré).

"Cela ne changerait pas la superficie des deux pays, mais je suis sûr que les Finlandais l'apprécieraient. Leur point le plus élevé serait ainsi au sommet d'une montagne", explique Bjørn Geirr Harsson, le retraité à l'origine de cette pétition en ligne, au quotidien britannique The Telegraph. Bjørn Geirr Harsson attend maintenant l'aval du ministre des Affaires étrangères norvégien à sa proposition. Selon la responsable de l'autorité de cartographie norvégienne, Cathrine Frøstrup, interviewée à la télévision locale, "c'est une très bonne idée, un joli cadeau pour un pays qui n'a pas de haute montagne, où le point le plus haut n'est même pas un sommet." 

Lu sur BBC

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !