Phuc Dat Bich gagne la reconnaissance de Facebook | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Phuc Dat Bich gagne la reconnaissance de Facebook
©

La langue plus forte que les insultes

Phuc Dat Bich gagne la reconnaissance de Facebook

Cet australien d'origine vietnamienne avait été exclu plusieurs fois du réseau social, qui croyait à un canular.Phuc Dat Bich gagne la reconnaissance de Facebook

Ouf ! Phuc Dat Bich a finalement obtenu gain de cause auprès de Facebook, qui lui reprochait... son nom. En effet, la lecture de son patronyme se rapproche dramatiquement de Fuck That Bitch, un insulte bien connue des anglo-saxons (et des autres, d'ailleurs). Facebook étant intraitable en la matière, le réseau social avait purement et simplement supprimé son profil, prétextant qu'il s'agissait d'une mauvaise blague. "On m'a accusé d'utiliser une identité fausse et mensongère, ce qui est blessant. Est-ce parce que je suis asiatique que l'on me ferme plusieurs fois mon compte Facebook ?" s'était alors demandé le pauvre Phuc Dat Bich. D'autant plus que son nom se prononce "Fou Da Bi", à en croire FranceTv Infos. Peu au fait des subtilités de la langue vietnamienne, Facebook n'a rien voulu entendre jusqu'à ce que l'appel au secours de l’intéressé ne soit relayé par quelques personnes émues et beaucoup d'autre hilares. Finalement, son bras de fer a été remporté, grâce à une photo de son passeport et il peut désormais afficher au monde entier son nom à la saveur si particulière.

"Nous vivons dans une société plurielle et multiculturelle et le fait qu'il y ait des gens qui témoignent de leur soutien me rend vraiment heureux, écrit-il justement sur Facebook. "Je suis heureux et honoré d'être en mesure de rendre les gens heureux simplement en les faisant rire au sujet de quelque chose qui apparaît scandaleux et ridicule."

Yours sincerely,
Phuc Dat Bich.
 

Lu sur Francetv Info

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !