Philippe de Villiers a tenté de faire annuler la venue d'une invitée dans "On n'est pas couché" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Media
Philippe de Villiers a tenté de faire annuler la venue d'une invitée dans "On n'est pas couché"
©Valery HACHE / AFP

Chantage

Philippe de Villiers a tenté de faire annuler la venue d'une invitée dans "On n'est pas couché"

La journaliste Christine Chamard était invitée à l'occasion de la sortie de son livre "Puy du Fou, la grande trahison" (éditions Max Milo).

"C’est l’histoire d’un rêve fracassé : celui de bénévoles, propriétaires historiques du Puy du Fou, et qui se retrouvent dépossédés du fruit de quarante ans de dévouement et d’enthousiasme. Pour parvenir à ce résultat, Philippe de Villiers et son fils Nicolas ont procédé par petites touches successives." Voici le résumé du livre "Puy du Fou, la grande trahison" (éditions Max Milo), de Christine Chamard, journaliste qui fut pendant 17 ans bénévole au Puy du Fou. Elle promet de raconter "la véritable histoire" du parc "au travers de témoignages nombreux et bouleversants et en s’appuyant sur des documents chiffrés incontestables".

Christine Chamard était invitée ce samedi de l'émission de Laurent Ruquier, On n'est pas couché. Une exposition médiatique qui n'a pas été du goût de Philippe de Villiers, selon l'animateur. "L'attachée de presse a appelé et a dit : 'Si vous annulez la venue de Madame Chamard, Monsieur de Villiers viendra la semaine prochaine'. Il n'a jamais accepté de venir ici depuis des années, mais là bizarrement, il a dit 'si vous annulez l'invitation de Madame Chamard, il viendra la semaine prochaine'", a expliqué Laurent Ruquier.

"Comme je ne le crois pas, je me suis dit : 'On va garder Madame Chamard !'", a-t-il ajouté. Et Philippe de Villiers ne fera pas partie des invités la semaine prochaine.

Ozap

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !