On Duty With The Queen : le livre qui fait trembler le Prince Charles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Le prince Charles gêné par la parution d'un livre qui raconte son mariage avec Diana et sa liaison avec Camilla
Le prince Charles gêné par la parution d'un livre qui raconte son mariage avec Diana et sa liaison avec Camilla
©

Séisme

On Duty With The Queen : le livre qui fait trembler le Prince Charles

Dickie Arbiter, l'ancien porte-parole de la reine prévoit de publier ses mémoires à la rentrée. Un grand déballage qui ne plaît ni au Prince, ni à la reine Elizabeth II.

Dickie Arbiter est sous les feux des projecteurs. L'ancien porte-parole de la reine Elizabeth II a décidé de sortir un livre intitulé "On Duty With The Queen" (Au service de la reine). Seul problème, cet ouvrage ne plaît pas du tout aux membres de la famille royale. Il faut dire que le confident du Prince Charles de 1988 à 2000 raconte des événements très intimes sur le fils de la reine et son épouse Diana.

L'homme s'est notamment épanché sur la liaison de Charles avec Camilla Parker-Bowles. Selon The Mirror, il décrit aussi "l'isolement et le sentiment d'humiliation" vécus par la princesse. Dickie Arbiter évoque aussi la réaction de la reine et de Charles après la mort de cette dernière dans l'accident de voiture qui a eu lieu en 1997 à Paris. 

Ce grand déballage aurait mis Charles dans une rage folle. Une source du palais explique que la démarche de Dickie Arbiter est vécue comme une trahison par la famille royale. "Il pensait qu'il était son ami et qu'il pouvait lui faire confiance, mais il est déloyal" cite cette source. Depuis quelques semaines, le prince et sa mère font plancher leurs avocats pour tenter de faire interdire la parution de ce livre plutôt gênant.

 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !