Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
©Nintendo

Jeu de vilains

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

L'association de consommateurs met en demeure le fabricant japonais de réparer gratuitement les Joy-Cons victimes d'un défaut de fabrication.

De nombreux possesseurs de Nintendo Switch se plaignent d’un défaut sur l’un des Joy-Con (une manette détachable) de la console, qui se traduit par des déplacements fantômes du joystick. Ce défaut apparaît après quelques mois d’utilisation et touche le Joy-Con (la manette détachable de la console) gauche. Alors que son joystick est en position neutre, la console reçoit une information erronée et simule un mouvement : cela peut affecter le personnage du jeu en cours, qui se met à bouger tout seul, la caméra, qui se met à tourner, etc. ​

Alors que la période de Noël approche, et que la Switch devrait être l'une des stars de la saison - notamment grâce à la sortie d'un nouveau jeu Pokémon le 15 novembre -  l’UFC-Que choisir a adressé une mise en demeure à Nintendo France, enjoignant la société « à prendre en charge la réparation des consoles Nintendo Switch et Joy-Con présentant les dysfonctionnements évoqués » et à « rembourser les consommateurs ayant avancé les frais de réparation » suite au refus de prise en charge. Il est à noter que c’est déjà le cas aux États-Unis, où Nintendo prend les réparations en charge gratuitement, même hors garantie.

Un appel à témoignage relayé par l'association en vue d'une éventuelle action en justice a d'ores et déjà reçu plus de 7000 réponses.

Que choisir

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !