Moqué pour sa mauvaise danse, un homme reçoit le soutien de Pharrell Williams et Moby | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
L'homme a été moqué sur internet
L'homme a été moqué sur internet
©Capture 4Chan

Belle histoire

Moqué pour sa mauvaise danse, un homme reçoit le soutien de Pharrell Williams et Moby

Un britannique, désormais surnommé "Dancing Man" a reçu le soutien de Twitter après avoir été raillé sur les réseaux sociaux.

Le photomontage était particulièrement cruel. On y voit sur la photo de gauche, un homme obèse, apparemment en train de danser. Sur la photo de droite, la même personne regarde ses pieds visiblement honteux. Au-dessus, un commentaire acide du photographe qui a publié le tout sur internet : "repéré ce spécimen en train de danser, l'autre jour. Il a arrêté quand il nous a vu rire."

La première personne à réagir est une californienne, Cassandra Fairbanks, émue par cet homme qui n'osait plus danser en public. "Quelqu'un connaît cet homme ou celui qui a posté ça ? Il y a une immense bande de femmes de Los Angeles voudrait faire quelque chose de spécial" explique-t-elle. Le message va se propager sur le réseau social et un hashtag #FindDancingMan va même se relayer. Et à force de chercher… on finit par trouver.

Le but de l'invitation était donc une énorme fête pour que "Dancing Man" alias Sean, un britannique, puisse danser sans honte. Et il va recevoir des invitations de toutes parts. Mieux, une collecte de fonds est même organisée pour lui permettre de se rendre à Los Angeles à cette fête. En moins de 24h, près de 25 000 dollars ont été récoltés. Et pour finir en apothéose, deux immenses stars se sont manifestées pour venir mixer et chanter à cette fête : le Dj Moby et Pharrell Williams avec un seul mot d'ordre : "personne ne devrait avoir honte de danser."

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !