Qui veut la peau de McDo ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Ronald McDonald : ennemi public
Ronald McDonald : ennemi public
©

Avoir les crocs

Qui veut la peau de McDo ?

Dans une lettre ouverte, une centaine de médecins américains ont sommé le géant du fast-food, McDonald's, de se débarrasser de sa mascotte, le clown Ronald, et de cesser de faire de la publicité pour ses produits auprès des plus jeunes.

Un contrat sur la tête de Ronald McDonald. C’est que ce que réclament des centaines de médecins américains dans une lettre ouverte, publiée mercredi dans les plus grands titres du pays. Les praticiens soutiennent une campagne pour interdire au célèbre fast-food  de faire de la publicité pour ses produits auprès des enfants, et insistent pour voir disparaitre la fameuse mascotte, le clown Ronald McDonald.

Les médecins ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Non contents d’avoir porté un coup dur à l’image de marque de McDonald's, ils intiment le géant américain à cesser de proposer les jouets accompagnants les « Happy Meals », repas destinés aux enfants mais ultra-caloriques et riches en sel, en graisses et en sucre.

La réaction du fast-food n’a pas tardé à se faire entendre. Dans un communiqué, McDonald's a vivement défendu sa mascotte mais également ses menus et sa politique publicitaire. « Nous servons de la nourriture de haute qualité, et nos Happy Meals proposent du choix et de la variété dans des portions adaptées aux enfants. Les parents nous disent apprécier les choix offerts par les Happy Meals

Par ailleurs, pour la chaîne, la mascotte « en tant que visage de Ronald McDonald House Charities (la branche chargée des activités caritatives du groupe, ndrl), Ronald est un ambassadeur au service du bien et délivre aux enfants des messages importants sur la sécurité, l'apprentissage de la lecture et un mode de vie équilibré et actif. » Un avis qui de toute évidence est loin d'être partagé.

Lu sur Le Point

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !