Lindsay Lohan : elle veut se faire la malle de sa cure de désintoxication | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Lindsay Lohan veut mettre fin à sa cure de désintoxication
Lindsay Lohan veut mettre fin à sa cure de désintoxication
©REUTERS/Patrick T. Fallon

Une frasque de plus

Lindsay Lohan : elle veut se faire la malle de sa cure de désintoxication

L’actrice avait écopé en mars dernier d’une peine de 90 jours de rehab'. Mais au bout de dix jours, elle envisage sérieusement d'y mettre fin.

Lindsay Lohan est une habituée des frasques. Depuis plusieurs l'actrice fait les gros titres plus pour ses problèmes avec la justice que pour ses performances. Et ce dimanche, la jeune femme fait à nouveau la une de la presse people. A en croire le site américain TMZ, elle envisagerait de mettre fin à sa cure de désintoxication. La starlette d'Hollywood avait pourtant écopé de 90 jours de rehab' pour obstruction à agent, fausses déclarations et conduite imprudente lors d'un accident de voiture survenu en juin 2012 à Santa Monica (Los Angeles). Mais au bout de dix jours, elle souhaite donc s'en aller.

Selon TMZ, Lindsay Lohan aurait déclaré à des amies qu'elle envisageait de changer de centre parce que les médecins ne lui donnent pas les médicaments qu'elle réclame. La star prendrait de l 'Adderall, un traitement pour soigner son hyperactivité et ses troubles de l'attention. Mais également un produit de substitution pour maigrir. Voilà pourquoi le centre refuserait de lui en prescrire. Habituée des frasques, Lindsay Lohan cherche donc à outrepasser l'ordre des médecins et ferait actuellement tout pour éviter de finir sa cure de désintoxication. A ses risques et périls car si elle ne respecte pas les 90 jours requis par la justice, l'actrice devrait passer par la case prison.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !