Les smartphones nous rendraient intellectuellement paresseux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
"Nous expérimentons une forme moderne de misère intellectuelle" estiment des scientifiques américains.
"Nous expérimentons une forme moderne de misère intellectuelle" estiment des scientifiques américains.
©Sony

Facilité

Les smartphones nous rendraient intellectuellement paresseux

Dans un communiqué relayé par le site de CBC News, l'université de Waterloo explique que "nos smartphones nous évitent de réfléchir par nous-mêmes".

Une étude détaillée à paraître en juillet 2015 dans la revue "Computers in Human Behavior" affirme que l'usage d'un smartphone favorise la paresse intellectuelle de son utilisateur. Dans un communiqué relayé par le site de CBC News, l'université de Waterloo explique que "Nos smartphones nous aident à trouver un numéro de téléphone rapidement, nous indiquent instantanément le chemin à suivre et recommandent des restaurants" mais déplore que leur utilisation nous "évite de réfléchir par nous-mêmes".

A l'origine de cette étude, les chercheurs de l'université de Waterloo dans l'Ontario (Etats-Unis) s'interrogent : "Avec l’avancée technologique des smartphones, l’accès à internet et autres applications, les bases de la connaissance sont à portée de main...Quelles conséquences cela a-t-il sur l’intelligence humaine ?"

"Nous considérons le smartphone comme une extension de notre esprit. Ce faisant, nous expérimentons une forme moderne de misère intellectuelle (...) Les individus qui sont relativement moins disposés et/ou capables d’engager un processus de raisonnement laborieux compenseraient par une plus grande dépendance à Internet sur leur smartphone" poursuivent-ils. Cette étude a été réalisée auprès d'un panel de 660 volontaires, aux profils intellectuels variés.

Lu sur Info Mobiles

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !