Les îles Marquises ? Oui mais en pirogue... | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le périple en pirogue devrait durer quatre mois
Le périple en pirogue devrait durer quatre mois
©D.R.

Il va ramer...

Les îles Marquises ? Oui mais en pirogue...

A 41 ans, un Polynésien a quitté dimanche après-midi le port de Bayonne, d'où il entend relier les îles Marquises, avec un compagnon d'aventure surfeur et cuisinier.

Pour une aventure, ce sera une grande aventure. Ismaël Patu-Huukena, ex-agent de sécurité qui avait quitté les Marquises où il est né pour la Métropole il y a 18 ans, a décidé de retrouver son île mais en pirogue. Il a quitté dimanche après-midi le port de Bayonne. Il est accompagné d'un surfeur également cuisinier. "Je suis calme, zen, notre première étape sera Madère", a indiqué par téléphone l'aventurier de 41 ans à une correspondante de l'AFP.

L'homme est parti en empruntant le canal de l'Adour par marée basse. S'il réussit, l'Atlantique, puis le Pacifique, après avoir emprunté le canal de Panama, l'attendent : quatre mois en passant par l'Espagne, le Portugal, la Guadeloupe, le Venezuela, la Colombie, le Panama, l'archipel des Galapagos (Equateur) puis 25 longues journées de haute mer pour atteindre les Marquises. Ismaël Patu-Huukena préparait son embarcation, une pirogue à voile de 12,5 mètres de long, depuis presque un an et demi et a reçu pour son périple le soutien d'une dizaine d'entrepreneurs locaux.

"Quand on part du Golfe de Gascogne comme il va le faire, on a le vent dans le nez... c'est très difficile", a commenté Maximilien Berque, qui a lui-même traversé l'Atlantique en pirogue à balancier avec son frère, jusqu'en Guadeloupe, en 2003. "Mais c'est fabuleux qu'il entreprenne ce challenge (...) heureusement que ces gens existent", a-t-il ajouté.

Les deux aventuriers, munis d'outils de navigation rudimentaires et de vivres entreposés dans un flotteur, entendent donner de leurs nouvelles à leurs proches uniquement lors de leurs escales. Un énorme défi.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !