Les "bleus cosmiques" : la preuve de l'existence d'autres univers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Vue du cosmo illustrant l'inflation éternelle
Vue du cosmo illustrant l'inflation éternelle
©MIT

Mondes parallèles

Les "bleus cosmiques" : la preuve de l'existence d'autres univers

Notre cosmos présente des "bleus" issus de la collision avec d'autres univers.

Les astronomes ont trouvé la preuve de l’existence d'autres univers. Notre cosmos est entré en collision avec ses univers alternatifs, et ces impacts ont laissé des traces : il en résulte des "bleus" dans le rayonnement électromagnétique du fond diffus cosmologique.

La grande nouvelle a été annoncée par Roger Penrose de l'Université d'Oxford et Vahe Gurzadyan et d'Université de Yerevan en Arménie. Ils ont trouvé des figures de cercles concentriques dans le "fond diffus cosmologique", ce rayonnement électromagnétique issu de l'époque dense et chaude qu'a connue l'univers à l'époque du Big Bang, tel un véritable écho du Big Bang.

Or, c'est exactement ce à quoi l'on s'attendrait si l'univers était éternellement cyclique. Car selon les chercheurs, chaque cercle se termine avec un Big Bang. Dans ce modèle, l'univers est une sorte de poupée russe cosmique, avec tous les anciens univers contenus dans notre univers actuel. C'est une découverte extraordinaire : la preuve que quelque chose s'est passé avant le Big Bang officiel.
 

Mais aujourd'hui, un autre groupe prétend avoir trouvé quelque chose dans l'écho du Big Bang. Ces chercheurs se fondent sur la théorie dite de "l'inflation éternelle", selon laquelle l'univers que nous connaissons est une simple bulle dans un cosmos plus large, qui lui même est rempli d'autres bulles, qui sont d'autres univers dans lesquels les lois de la physique sont peut être totalement différentes des nôtres. Ces bulles ont probablement eu un violent passé, se heurtant les une aux autres et laissant des "bleus cosmiques". Si c'est le cas, ils doivent être visibles aujourd'hui dans le rayonnement électromagnétique du "fond diffus cosmologique".

Or, Stephen Feeney de l'University College de Londres affirme avoir vu ces bleus, sous la forme de figures concentriques. Son équipe en a découvert quatre, signifiant que notre univers a du heurter d'autres bulles au moins à quatre reprises. Cette découverte est extraordinaire : elle constitue la première preuve de l'existence d'autres univers en dehors du nôtre.

 

Lu sur MIT Technology Review

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !