Les ampoules LED ne sont pas si bonnes que ça pour l'environnement, et voici pourquoi | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Les ampoules LED ne sont pas si bonnes que ça pour l'environnement, et voici pourquoi
©wikipédia

Contre intuitif

Les ampoules LED ne sont pas si bonnes que ça pour l'environnement, et voici pourquoi

Les économies réalisées en remplaçant des ampoules à incandescence par des LED ont été investies pour... installer encore plus d'ampoules.

Les ampoules LED, qui consomment moins d'énergie que les ampoules à incandescence, sont-elles une chance pour l'environnement ? Pas vraiment, selon une étude publiée mercredi dans la revue "Science Advances".  

Les chercheurs du Centre GFZ de recherche de géophysique à Potsdam (Allemagne), ont déterminé, notamment grâce à des observations satellites, que l'éclairage artificiel de la planète s'est accru, tant en quantité qu'en intensité, d'environ 2% par an de 2012 à 2016. 

"Bien que nous sachions que les ampoules LED permettent de réduire la consommation d'énergie sur des projets spécifiques - par exemple lorsqu'une ville remplace ses lampadaires à sodium par des LED - nos données montrent qu'au niveau national et global, ces économies sont effacées par la mise en place de lumières plus vives ailleurs", explique l'auteur principal de l'étude, Christopher Kyba. "Il y a un bon potentiel pour une véritable révolution de l'éclairage permettant à la fois d'économiser de l'énergie et de réduire la pollution lumineuse mais seulement si on ne consacre pas les économies réalisées à créer encore plus de lumière", poursuit-il.

En plus de ne pas avoir réduit la facture d'électricité, les économies réalisées étant investies pour installer toujours plus d'ampoules, ce phénomène augmente la pollution lumineuse, alertent les chercheurs. Or, la lumière la nuit peut désorienter les animaux, mais aussi perturber le rythme circadien et l'horloge biologique des humains, ce qui accroît le risque de cancer, de diabète et de dépression.

Selon un nouvel atlas mondial de la pollution lumineuse publié en 2016, plus de 80 % de l'humanité vit sous des cieux inondés de lumière artificielle, et un tiers de la population de la planète ne peut jamais voir la Voie lactée. 

Lu dans Mashable

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !