Le "test de la ficelle" met en évidence l'intelligence insoupçonnée des pigeons | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Le "test de la ficelle" met en évidence l'intelligence insoupçonnée des pigeons
©Zigazou76

Pas si bête

Le "test de la ficelle" met en évidence l'intelligence insoupçonnée des pigeons

Les volatiles utilisent un écran tactile et des ficelles virtuelles pour attraper de la nourriture. Ils s’avèrent très doués pour résoudre des problèmes complexes et tirer des bonnes ficelles.

Une étude de l’Université de l’Iowa rend hommage aux capacités insoupçonnées des pigeons. On savait déjà qu’ils étaient capables de se reconnaitre sur une vidéo, et on comparait parfois leur intelligence à celle d’un enfant de trois ans. On sait maintenant qu’ils sont capables d’utiliser un écran tactile dans un test d’intelligence consistant à résoudre des problèmes complexes, grâce à une étude publiée dans le journal Animal Cognition et dirigée par Edward Wasserman.

On croit souvent que les pigeons picorent au hasard avec leur bec. Mais cette recherche prouve qu’en réalité, ils sont capables de "choix très intelligents, impliquant parfois des compétences de résolution de problèmes ».

Le principe ? Edward Wasserman, professeur de psychologie expérimentale et son équipe ont réutilisé un test d’intelligence bien connu, le "string task" ("la tache de la ficelle"). Ce test présente plusieurs ficelles, et au bout de l’une d’elles est attachée une récompense. Le participant doit tirer la bonne ficelle pour obtenir la récompense. En l’occurrence, le dispositif était représenté sur un écran tactile, et la récompense étant représentée pas un bol plein de nourriture. A l’inverse, la mauvaise ficelle était rattachée à un bol vide. Si les pigeons touchaient la bonne ficelle, le bol se rapprochait d’eux petit à petit, jusqu’à éventuellement arriver suffisamment près pour que l’animal soit réellement récompensé… avec de la véritable nourriture.

Les volatiles ont montré des résultats brillants. Ils ont généralement choisi la bonne ficelle, affichant un taux de réussite  entre 74% et 90% selon la difficulté de la configuration. "Les pigeons ont prouvé qu’ils pouvaient apprendre cette tâche avec une variété de configurations différentes des ficelles – même celles impliquant des ficelles croisées, la configuration la plus difficile à apprendre avec des ficelles réelles", explique Edward Wasserman.

Pendant la tâche, on peut voir les pigeons "picorer la nourriture virtuelle sur l’écran à mesure qu’elle se rapproche", ont noté les scientifiques, suggérant que les animaux font un lien entre les ficelles virtuelles et les repas.

Lu sur Iowa Now

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !