Le patron de la Nasa en a assez de faire du "stop spatial" avec les lanceurs russes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
La Nasa travaille avec SpaceX et Boeing au développement de vaisseaux spatiaux privés.
La Nasa travaille avec SpaceX et Boeing au développement de vaisseaux spatiaux privés.
©

Pouce levé

Le patron de la Nasa en a assez de faire du "stop spatial" avec les lanceurs russes

Charles Bolden demande au congrès américains d'augmenter le budget de la Nasa plutôt que de payer les Russes pour envoyer ses astronautes dans l'espace.

"Ne nous forcez pas à faire du stop spatial avec la Russie. Bien à vous, Nasa." Le message de CHarles Bolden, le patron de l'agence spatiale américaine, ne peut pas être plus clair. Dans une lettre au Congrès, il demande une hausse des financements afin de permettre aux Etats-Unis de pouvoir envoyer des hommes dans l'espace sans dépendre des lanceurs russes.

Il souligne en effet que "chaque dollar que nous investissons à Moscou est un dollar que nous n'investissons pas dans les entreprises américaines" du secteur. Il enfonce le clou en parlant chiffres : "Depuis 2010, le président a reçu environ un milliard de dollars de moins que ce qu'il avait demandé (au Congrès, ndlr) pour le programme commercial avec équipages de la Nasa. Dans le même temps, nous avons envoyé un milliard de dollars vers la Russie", affirme-t-il. Lui même ancien astronaute, il déplore que la Nasa "a fait un chèque de 490 millions de dollars" récemment aux Russes pour envoyer ses astronautes dans l'espace.

Depuis l'abandon du programme de navettes spatiales, en 2011, la NASA doit débourser quelque 81 millions de dollars pour chaque astronaute qu'elle envoie dans l'espace avec un lanceur Soyouz. La situation devrait perdurer au moins jusqu'en 2017, date prévue de la fin du développement des futurs systèmes de transports spatiaux habités de SpaceX et de Boeing, qui bénéficient d'un partenariat public-privé de la Nasa.

Lu dans Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !