Le fossile d'un "requin-serpent" livre ses secrets | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Vue d'artiste de deux mosasaures datant de 1999
Vue d'artiste de deux mosasaures datant de 1999
©Reuters

Monstre Academy

Le fossile d'un "requin-serpent" livre ses secrets

Une étude affirme que certains mosasaures, longtemps considérés comme des serpents de mer préhistoriques, disposaient d'une queue et de nageoires similaires à celles des requins.

Le mosasaure, cet immense reptile marin ayant vécu de 98 à 66 millions d'années avant notre ère qui pouvait atteindre 18 mètres de longs, n'était à proprement parler un serpent de mer géant. D'après une étude parue mardi 10 septembre dans la revue Nature Communications, il aurait eu la particularité d'être muni d'une queue similaire à celle des requins.

Les trois scientifiques qui l'affirment en veulent pour preuve "un extraordinaire mosasaure fossile" retrouvé en Jordanie en 2008, disposant encore de reste de tissus ainsi que d'une queue de poisson orientée à la verticale et faite de deux parties asymétriques formant un croissant de lune, du même genre que celle d'un requin.

"Ce spécimen fournit la première preuve indiscutable que certains descendants des premiers mosasaures se propulsaient à l'aide d'une queue et de nageoires hypocerques, une hypothèse qui se fondait jusqu'à aujourd'hui sur les seules analyses de squelette", affirme les auteurs de l'étude. Rien à voir, donc, avec la queue de serpent dont ont pu être pourvu ses ancêtres.

"Ces nouveaux résultats impliquent que le phénomène d'évolution convergente est plus répandu qu'on ne le soupçonnait", concluent les chercheurs, tendant à montrer que des êtres vivants, même issus de familles éloignées, peuvent développer les mêmes caractéristiques morphologiques pour s'adapter à un environnement.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !