Le Financial Times conseille aux Parisiens de sourire un peu, parler anglais et apprendre à conduire | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Société
Le Financial Times conseille aux Parisiens de sourire un peu, parler anglais et apprendre à conduire
©Reuters

Et bim !

Le Financial Times conseille aux Parisiens de sourire un peu, parler anglais et apprendre à conduire

"Quand le Parisien repère un vélo, il appuie sur l'accélérateur" écrit Simon Kuper, journaliste britannique domicilié à Paris.

Le grand quotidien des affaires britanniques, The Financial Times, a donné quelques conseils pratiques aux Parisiens. En poste à Paris pour le journal anglo-saxon, Simon Kuper a dénoncé l'impolitesse des Parisiens, les jugeant trop stressés et trop pressés pour esquisser un sourire ou aider des touristes égarés. Le journaliste évoque notamment le manque de sympathie des taxis parisiens, à l'inverse des chauffeurs Uber qu'il trouve agréables et souriants. Concernant la conduite des Parisiens justement, le journaliste du Financial Times n'épargne personne et explique  que les automobilistes rouleraient à leur guise sans respecter les passages piétons.  Ainsi, Simon Kuper dénonce l'incivisme des Parisiens et met en avant l'incohérence de leur conduite. "Quand le Parisien repère un vélo, il appuie sur l'accélérateur" a-t-il écrit.

Le niveau d'anglais des Parisiens est également dans le viseur du journaliste, qui estime que les habitants de la capitale n'excellent que très peu en langues étrangères, les confinant ainsi dans leur petit monde sans prendre la peine de s'intéresser à l'extérieur. Peu avenants, peu souriants et bien plus antipathiques que polis, voici le triste bilan de ce journaliste et auteur britannique venu s'installer dans ce que l'on nomme, la plus belle ville du monde. 

Lu sur MYTF1 News

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !