La statue de la Liberté aurait pour origine une paysanne égyptienne <!-- --> | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Culture
L'architecte Frédéric-Auguste Bartholdi s'est rendu en Egypte entre 1855 et 1856.
L'architecte Frédéric-Auguste Bartholdi s'est rendu en Egypte entre 1855 et 1856.
©Reuters

Modèle

Selon le spécialiste Edward Berenson, Bartholdi avait réalisé une "série de dessins dans lesquels la statue proposée commence comme une fellah, ou paysanne arabe, et évolue progressivement en divinité colossale".

Selon l'institut Smithsonian, qui s'occupe de nombreux musées à Washington, la célèbre statue de la Liberté pourrait avoir été inspirée par une paysanne égyptienne. L'institut base cette hypothèse sur plusieurs ouvrages selon lesquels son architecte français, Frédéric-Auguste Bartholdi, se serait inspiré d'une silhouette de femme arabe pour réaliser son œuvre.

Au terme d'un voyage en Égypte entre 1855 et 1856, l'ingénieur a été pris de "passion pour les monuments publics à grande échelle et les structures de colosses", expliquent les parcs nationaux, qui assurent notamment la protection de la statue de la Liberté, sur Liberty Island, à New York.

Dans le cadre d'un appel d'offres lancé par le gouvernement égyptien en 1869 pour réaliser un phare au bout du canal de Suez, Frédéric-Auguste Bartholdi propose d'ériger la statue d'une femme de 26m de haut drapée et tenant une torche, afin d'incarner "l'Égypte apportant la lumière à l'Asie". Barry Moreno, auteur de plusieurs ouvrages sur la statue, affirme que l'architecte s'est alors inspiré des colosses d'Égypte et de la silhouette "d'une femme paysanne voilée". Et selon le spécialiste Edward Berenson, Bartholdi avait réalisé une "série de dessins dans lesquels la statue proposée commence comme une fellah, ou paysanne arabe, et évolue progressivement en divinité colossale".

Lu sur Le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !