La première Barbie réalisée avec les véritables mensurations d'une jeune fille américaine moyenne | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Voici à quoi ressemble la célèbre Barbie avec les mensurations moyennes d'une jeune fille de 19 ans.
Voici à quoi ressemble la célèbre Barbie avec les mensurations moyennes d'une jeune fille de 19 ans.
©

Nouvelles formes pour Barbie

La première Barbie réalisée avec les véritables mensurations d'une jeune fille américaine moyenne

Elle a été conçue selon les mensurations moyennes d'une jeune fille de 19 ans.

Après avoir réalisé la première poupée Barbie sans maquillage, l'artiste américain de 24 ans, Nickolay Lamm, vient une nouvelle fois de faire subir une transformation radicale à la célèbre poupée de Mattel. En effet, il vient de concevoir la première poupée Barbie selon les mensurations moyennes d'une jeune fille de 19 ans communiquées par le CDC (Center for Disease Control).

" J'ai voulu montré que ce qui est moyen est également beau" a confié l'artiste à Business Insider. Plus que cela, Nickolay Lamm a voulu une nouvelle fois interpeller la société Mattel qui fabrique la traditionnelle poupée Barbie depuis 1959 sur la conception négative de la femme que véhicule le modèle original. "J'ai reçu beaucoup de critiques parce Barbie est un jouet. Les gens affirment que le jouet ne peut pas faire de mal. Mais, si nous critiquons les mannequins maigres, nous devrions être ouverts quant au fait que Barbie peut influencer négativement les petites filles" a-t-il ajouté au Daily Mail. Grâce à cette nouvelle création, l'artiste souhaite ainsi pousser le fabricant américain à concevoir des poupées plus réalistes.

Cette Barbie aux mensurations plus réalistes est disponible à la vente sur le site de l'artiste.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !