La Malaysia Airlines s'excuse après un slogan publicitaire maladroit | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Deux avions de la Malaysia Airlines se sont crashé cette année.
Deux avions de la Malaysia Airlines se sont crashé cette année.
©Reuters

#CMfail

La Malaysia Airlines s'excuse après un slogan publicitaire maladroit

La compagnie aérienne, qui a perdu deux appareils cette année, invitait les internautes "qui ne savent pas où aller" à réserver un billet chez eux.

"Vous voulez aller quelque part mais vous ne savez pas où ?" Ce slogan passerait inaperçu chez la plupart des compagnies aériennes, mais pas chez la Malaysia Airlines, qui lutte pour sa survie après avoir été impliquée cette année dans deux catastrophes aériennes aux causes mystérieuses.

Avec ce tweet, la compagnie cherchait à attirer les clients pour ses offres de fin d'année. Mais quelques internautes ont rapidement fait le rapprochement avec la disparition en mars du vol MH370, toujours inexpliquée huit mois plus tard.

"Ce n'est sans doute pas la meilleure formulation pour une compagnie qui ne sait pas où est l'un de ses avions", a réagi une internaute, avant que la Malaysia ne supprime le message et présente ses excuses. Le tweet controversé "visait à inciter les voyageurs à explorer de nouvelles offres et destinations durant cette période de vacances", a-t-elle expliqué.

 

 

 

Ce n'est pas la première fois que la compagnie se fait épingler suite à des slogans douteux. En septembre, elle avait lancé une campagne pour inciter les internautes à écrire leur "bucket list ultime". Or, une "bucket list" est une liste de choses que l'on souhaite faire avant sa mort...

Depuis les deux drames qu'elle a connus cette année, la compagnie connaît une chute importante du nombre de ses réservations et a dû licencier cet été 30% de ses effectifs.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !