L'ours Paddington, héros des petits Britanniques, censuré à cause de références sexuelles | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
L'ours Paddington sur la sellette
L'ours Paddington sur la sellette
©Capture Youtube

Shoking

L'ours Paddington, héros des petits Britanniques, censuré à cause de références sexuelles

La sortie du film Paddington sera accompagnée en Grande-Bretagne d'un avertissement à destination des parents.

L'adaptation cinématographique de l'ours Paddington, célèbre personnage d'une série de livres pour enfants très populaire outre-Manche, est au cœur d'une polémique. Le très sérieux bureau britannique de classification des films (BBFC) a ainsi appelé à un contrôle parental quelques jours avant la sortie du film, le 3 décembre. En cause : des références sexuelles et une attitude de l'ours jugée dangereuse.  

Michael Bond, créateur du personnage, n'en revient pas. "Je suis très étonné", a-t-il déclaré au DailyMail. "Je serais très en colère s'il y avait des références sexuelles. Il n'y en a pas dans le livre". Les aventures de l'ours Paddington ont été traduites dans une trentaine de langues et plus de 30 millions de livres ont été vendus.

Les fameuse références proviendraient d'une scène comique dans laquelle Monsieur Brown, le père de famille qui accueille l'ourson chez lui à Londres, est déguisé en femme et se fait draguer par un autre homme. Pas de quoi casser trois pates à un ourson, mais la censure locale voit une autre raison de s'alarmer: le placide plantigrade aurait, durant le film, des comportements jugés "dangereux".  Le BBFC vise notamment la scène dans laquelle Paddington se cache dans un réfrigérateur et celle où il fait du skateboard derrière un bus.

Parents français, vous êtes prévenus. Début décembre, le terrible Paddington pourrait bien encanailler vos chères têtes blondes.

Lu sur le Figaro

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !