Keira Knightley porte des perruques car elle perd ses cheveux | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Keira Knightley porte des perruques car elle perd ses cheveux
©REUTERS/Patrick T. Fallon

Chauve

Keira Knightley porte des perruques car elle perd ses cheveux

Personne ne l’avait remarqué, mais, depuis cinq ans, Keira Knightley porte des perruques car ses cheveux ont fortement été abîmés par les tournages.

Porter des perruques n’était pas son choix. Mais Keira Knightley y a été contrainte. Blonde dans "Love Actually", rousse dans "Orgueil et préjugés" ou encore brune dans "Pirates des Caraïbes"... au bout de 20 années passées à Hollywood les conséquences sont terribles.

"J’ai teint mes cheveux de toutes les couleurs possibles et imaginables pour différents films, et c’est devenu tellement critique que mes cheveux se sont littéralement mis à tomber de mon crâne", a raconté la belle Britannique au magazine Instyle UK. "Donc pendant ces cinq dernières années, j’étais forcée de porter des perruques, et je pense que c’est la meilleure chose qui soit arrivée à ma cheve­lure !"

Keira Knightley avec des "dread"

Récemment, les beaux cheveux bruns de la jeune femme ont enfin repoussé, mais depuis la naissance de sa petite fille Edie en mai 2015, Keira Knightley connait un nouveau problème capillaire : "Mes cheveux sont bouclés et indisciplinés naturellement, et depuis ma grossesse, ils sont dix fois plus épais… J’ai maintenant la joie de découvrir régulièrement d’énormes dreadlocks"! Il lui faut alors beaucoup de patience pour démêler ses "dread" sans s’arracher les cheveux.

Bientôt, tout devrait revenir à la normale, et la belle Keira devrait faire son retour sur grand écran. Elle sera notamment à l’affiche de Collateral Beauty avec Will Smith et Kate Winslet, en décembre prochain. Puis elle campera la Fée Dragée dans le prochain Disney, une adaptation cinématographique du conte Casse-noisette et le roi des souris.

Lu sur Le Paris Match

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !