Jouer à des jeux vidéo augmente le volume de matière grise du cerveau | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
Jouer à des jeux vidéo augmente le volume de matière grise du cerveau
©

Développement cérébral

Jouer à des jeux vidéo augmente le volume de matière grise du cerveau

Ce développement se voit particulièrement dans les zones de la mémoire, de la réflexion stratégique, du déplacement dans l'espace et de la motricité des mains.

Les gamers vont avoir une bonne raison de se réjouir. Selon une étude allemande publiée par Molecular Psychiatry, jouer aux jeux vidéos peut augmenter le volume de matière grise du cerveau. Les scientifiques de l'Institut Max Planck et de l'université de médecine St. Hedwig-Krankenhaus ont mené leur expérience sur un groupe de 23 personnes. Celles-ci devaient jouer 30 minutes par jour à Super Mario 64.

Ils ont ensuite comparé l'évolution de leur cerveau par IRM avec un autre groupe de personnes qui n'avaient pas joué. Les joueurs ont développé leur volume de matière grise, au contraire de ceux qui n'ont pas touché à une console. L'étude démontre également que plus les joueurs prennent du plaisir à jouer, plus la croissance de matière grise est significative. Ce développement se voit particulièrement dans les zones de la mémoire, de la réflexion stratégique, du déplacement dans l'espace et de la motricité des mains.

Selon Simone Kühn, en charge de l'étude, "les études précédentes avaient montré que les joueurs présentaient des structures cérébrales spécifiques alors que celle-ci met en évidence le lien direct entre le jeu et l'augmentation de volume du cerveau. Ce qui prouve que certaines zones cérébrales peuvent être entraînées grâce jeux vidéo". Les parents qui ont refusé d'offrir une Playstation 4 à leurs enfants pourront (presque) s'en vouloir...

Lu sur L'Express

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !