Jean-Marie Bigard balance sur "Les Enfoirés" et "le pognon" gardé | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
France
Jean-Marie Bigard balance sur "Les Enfoirés" et "le pognon" gardé
©

Les raisons d'un divorce

Jean-Marie Bigard balance sur "Les Enfoirés" et "le pognon" gardé

Invité de RTL, l'humoriste a expliqué pourquoi il ne participait plus aux Restos du cœur depuis 2001.

Jean-Marie Bigard et les Restos du cœur, c'est de l'histoire ancienne. Invité de l'émission On Refait la télé, sur RTL, l'humoriste a révélé les raisons qui l'ont poussé à se retirer de l'association caritative en 2001, après quatre années de participation. Pour Bigard, l'esprit de Coluche, le charismatique fondateur, n'est pas totalement respecté. "Ce n'est pas utile absolument que j'y sois, a-t-il souligné. "Et moi je n'étais pas d'accord sur deux trois trucs, notamment par exemple, de garder de l'argent qui n'était pas utilisé alors que ce n'était pas la volonté de Coluche...".

 

Et de poursuivre : "Il n'a fait qu'une seule année puisqu'il est décédé. Il restait du pognon après avoir distribué un maximum de repas et il a donné le chèque de ce qu'il restait à l'abbé Pierre. Souvenez-vous, en disant: “Il ne doit rien rester et tout l'argent qu'on a ramassé doit être resservi”. Et donc moi, cette petite caisse de ravitaillement secours ne me plaisait pas tellement".

 

Dans des propos assez flous, il condamne également une sorte de copinage. "Et puis y a des gens qu'auraient bien voulu participer. Il y avait Carlos qui était très copain avec Coluche - mais lui, il ne devait pas avoir tellement la carte – "... Il vend des disques quand?”, avait-on demandé à l'époque. Ce à quoi j'avais envie de répondre : “ Et Karen Mulder, elle vend des disques quand?”."

Lu sur RTL.fr

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !