Jean-Marc Morandini accusé de pratiques professionnelles plus que moralement douteuses par une enquête des "Inrocks" | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Jean-Marc Morandini accusé de pratiques professionnelles plus que moralement douteuses par une enquête des "Inrocks"
©Capture Europe1

Mœurs

Jean-Marc Morandini accusé de pratiques professionnelles plus que moralement douteuses par une enquête des "Inrocks"

Fellation, photos nues au smartphone, une enquête du magazine "Les Inrocks" publiée le 12 juillet révèle les dessous présumés du casting d'une web-série, peu flatteurs pour "JMM".

Un patron plus qu'entreprenant selon Les Inrocks. Jean-Marc Morandini va devoir se justifier face à des accusations de pratiques très spéciales lors du casting et du tournage de la web-série Les Faucons, présentée par sa maison de production comme relatant "la vie d’une équipe de foot dans une banlieue parisienne". Ou plutôt l'ambiance "entre garçons" de ses vestiaires, d'après l'édition du mercredi 13 juillet du magazine, qui base principalement son enquête sur des mails de la production auxquels il a pu avoir accès, assortis de témoignages des comédiens de la série.

Plusieurs jeunes acteurs des Faucons racontent en effet avoir été en contact répété, pendant le tournage entre septembre 2015 et avril 2016, avec  une certaine "Catherine Leclerc.", directrice de casting à la société de production de M. Morandini, "Ne zappez pas !" productions.

Premier problème : cette personne n'existe pas, selon l'enquête des Inrocks : "'Catherine' semble oublier qu’elle est une femme et se dit 'impatient', 'heureux', 'désolé', ou encore 'hésitant'", relève l'hebdomadaire. Interrogé par les comédiens de la série, interloqués, "JMM" confirmera qu'il s'agit d'un nom d'emprunt, même s'il nie être derrière l'identité de cette personne. Tout irait "bien" si la fameuse Catherine n'avait pas harcelé à plusieurs reprises les comédiens de la web-série, avec des demandes de plus en plus déplacées.

Tout d'abord, "elle" ne communique que par mail, et vend la série à six comédiens âgés de 19 à 26 ans comme "celle des vestiaires de sport entre garçons, sans vulgarité, mais également sans tabou". Plus tard, elle demande à certains de lui envoyer des vidéos de présentation… nu.

A Quentin, qui s'est filmé au-dessus de la ceinture, "elle" demande : "Vous êtes le seul acteur que l’on n’a pas vu nu. Je peux vous demander une photo de nu pour le dossier ou ça vous dérange?". A un autre, elle le prie d'envoyer une scène de masturbation (réelle) au prétexte que "c'est intéressant de voir les limites de chacun".

"Catherine" arrange ensuite un rendez-vous en direct avec le PDG et unique salarié de Ne Zappez Pas, vous l'avez deviné, Jean-Marc Morandini, qui serait "amusé et intéressé par le projet". Dans les colonnes des Inrocks, l'un des acteurs relate que JMM lui a demandé de se déshabiller en fin d'entretien, afin de le prendre en photo : "J’en avais déjà envoyé à Catherine auparavant, mais j’ai accepté, nous étions tous les deux et il a pris des photos de moi nu, avec son smartphone".

Les bornes déjà dépassées, Catherine demande alors en août 2015 à l'un des comédiens s'il serait capable de faire une "vraie fellation". D'abord à l'écran, puis sans complexe "avec JM", arguant que "c'est une star de la télé et de la radio".

Pas de problème non plus dans le crescendo, pour demander un peu plus tard à l'un des acteurs de venir avec son frère de 14 ans, l'intimant de réaliser une vidéo : "Si vous voulez vous masturber en vous approchant par exemple. Ça peut vous amuser, et lui aussi?", demande Catherine avec le plus grand sérieux.

Sans compter les manquements supposés aux conditions et au droit du Travail dont ont fait l'objet les acteurs sous-payés, le dossier des Inrocks s'épaissit pour M. Morandini, qui a déclaré à l'AFP qu'il allait porter plainte en diffamation contre le magazine. Sur son célèbre blog people et media, l'animateur d'Europe 1 n'a encore rien publié au sujet de cette affaire.

Des rumeurs qui semblent à la fois propagées sur Twitter et infirmées via le site Rue89 par son ami des media, Marc-Olivier Fogiel :

Interrogé par le pure player Rue89, l'animateur de France 3 déclare : "Si ce qui est raconté par Les Inrocks est vrai, j’hallucine complètement. Il y a toujours eu des rumeurs à Europe 1 sur ses mœurs un peu particulières et un certain mélange des genres. Ce jour-là, alors qu’il me harcelait une énième fois sur Twitter, je l’ai charrié. Si j’avais imaginé une seconde ce genre de pratiques, je n’aurais pas employé ce ton et je ne serais pas allé sur ce terrain. La plaisanterie aurait été de mauvais goût."

Et à savoir pourquoi "MOF" parle de castings dans ces tweets, l'ancien matinalier d'Europe 1 répond : "C’était une des choses qui circulaient, il y en avait plein d’autres."

Apparemment dans de beaux draps, Jean-Marc Morandini a dû interrompre ses vacances ce mercredi, rappelé à Paris par sa station Europe 1, sur laquelle il anime la tranche d'actualité 9h – 12h, "pour avoir une conversation de vive voix" afin de fournir de plus amples explications sur ce scandale médiatique.

Quant aux Inrocks, ils préparent déjà un nouvel article accablant pour le journaliste animateur de 50 ans : "Nous travaillons sur un prochain article pour la semaine prochaine suite à l'arrivée de nouveaux témoignages", a confirmé le rédacteur en chef des Inrocks, Pierre Siankowski.

Lu sur Les Inrocks

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !