Japon : un test sanguin pourrait faciliter le dépistage de 13 cancers | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Japon : un test sanguin pourrait faciliter le dépistage de 13 cancers
Japon : un test sanguin pourrait faciliter le dépistage de 13 cancers
©

Avancée scientifique

Japon : un test sanguin pourrait faciliter le dépistage de 13 cancers

Le Centre national du cancer au Japon a annoncé ce lundi le lancement d'un projet qui, à court terme, pourrait aider au dépistage de 13 cancers différents avec une simple prise de sang.

Une révolution est peut-être en cours dans la lutte contre le cancer. Le Centre national du cancer (CNC) au Japon a en effet annoncé ce lundi avoir lancé un programme, mené par l'organisation japonaise des nouvelles énergies et des technologies industrielles (Nedo), qui pourrait aboutir à une méthode de dépistage du cancer grâce à un test sanguin. En plus du CNC et du Nedo, participent à ce projet des entreprises privées dont Toshiba, qui s'investit de plus en plus dans le champ médical avec la récente création d'une filière spécialisée.

13 cancers (pancréas, vessie, ovaire, poumon, sein...) pourraient ainsi être plus facilement repérés grâce à une simple prise de sang : selon le CNC japonais, ce test pourrait également aider au dépistage précoce de maladies dégénératives, notamment la maladie d'Alzheimer, voire même de la leucémie.

L'espoir des chercheurs japonais est de trouver dans le sang de certains régulateurs biologiques nommés micro-acides ribonucléiques (réduits en micro-ARN ou miARN), dont l'augmentation signifierait un risque accru de développement cancéreux. Des équipes américaines et européennes s'intéressent également au rôle de ces micro-ARN depuis plusieurs années, mais pour certains types de cancers isolés.

Vu sur The Japan Times

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !