J.O. de Rio : l'incroyable histoire de Yusra Mardini, une réfugiée syrienne qui a remporté sa série du 100m papillon | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
J.O. de Rio : l'incroyable histoire de Yusra Mardini, une réfugiée syrienne qui a remporté sa série du 100m papillon
©Capture d'écran The Independant

Destinée exceptionnelle

J.O. de Rio : l'incroyable histoire de Yusra Mardini, une réfugiée syrienne qui a remporté sa série du 100m papillon

Il y a un an, la sportive de 18 ans a failli mourir en mer Égée en tentant de fuir son pays natal.

Un destin peu commun. Yusra Mardini est une nageuse syrienne, membre de l'équipe olympique des réfugiés, qui concoure actuellement aux Jeux olympiques de Rio. Pourtant, il y a un an, la sportive de 18 ans a failli mourir en mer Égée en tentant de fuir son pays natal. Embarquée avec vingt autres réfugiés dans un bateau pneumatique (prévu pour 7 personnes), tombé en panne en pleine mer, la jeune fille a sauté à l'eau avec sa soeur.

C'est dur de se dire que vous allez mourir dans l'eau, l'élément que vous maîtriser parfaitement en tant que nageur", a -t-elle expliqué. "Nous n'étions que quatre à savoir nager. Yusra et sa soeur ont remorqué le bateau dans l'eau froide, pendant plus de trois heures jusqu'à l'île de Lesbos, en Grèce. 

Trois semaines après leur périple, les jeunes filles ont été accueillies dans une caserne de réfugiés à Berlin. Après avoir trouvé une piscine, Yusra a été repérée par un entraîneur, Sven Spannekrebs, qui a vu en elle un grand espoir pour les Jeux de Tokyo, en 2020. 

Et la belle histoire a continué au Brésil. Si elle ne s'est pas qualifiée pour les demi-finales, la jeune Syrienne a remporté sa série du 100 m papillon. "Je veux donner de l'inspiration aux gens", dit-elle. "Je suis ici, c'est la preuve que tout le monde peut y arriver aussi". 

Lu sur The Independent

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !