Infidélité : la France et l'Italie, champions d'Europe | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
Infidélité : la France et l'Italie, champions d'Europe
©

Pas froid aux yeux

Infidélité : la France et l'Italie, champions d'Europe

Plus d'un homme sur deux (55%) et environ une femme sur trois (32% en France et 34% en Italie) ont déjà trompé leur conjoint.

La France est championne d'Europe ! Mais autant le dire tout de suite ce n'est pas très glorieux. En plus, ce titre est partagé avec l'Italie. Ainsi selon une enquête sérieuse de l'Ifop menée pour Gleenden dans 6 pays, les Français et les Italiens sont les maîtres de l'infidélité. 55% des hommes français et italiens et environ une femme sur trois (32% en France et 34% en Italie) ont déjà trompé leur conjoint.

Au Royaume-Uni, 42% des hommes avouent avoir été infidèles. En Allemagne, ils sont 46% tandis qu'ils sont 51% en Belgique"Cela tend à confirmer, après tout le bruit qu'il y a eu autour de l'affaire Gayet, et tous les articles de la presse notamment internationale sur le caractère volage des Français, les clichés sur le mâle latin particulièrement infidèle" commente François Kraus, directeur d'études à l'Ifop à l'AFP.

L'infidélité est par ailleurs mieux réparties entre les sexes dans les pays du Nord, particulièrement en Allemagne, où 43% des femmes disent avoir été infidèles contre 29% au Royaume-Uni. Selon l'Ifop, l'Italie est le pays où les jeux de séduction et échanges de messages sont les plus répandus.

Enfin, 53% des personnes en Allemagne ont avoué avoir échangé un baiser à une autre personne que leur conjoint. 50% des personnes l'ont fait au Royaume-Uni, contre 46% en France, en Italie et en Belgique.

Le sondage a été réalisé du 7 au 13 janvier par questionnaire en ligne, auprès d'un échantillon représentatif de 4.800 personnes âgées de 18 ans et plus. Dans chaque pays, l'enquête a été faite auprès d'un échantillon de 800 individus, selon la méthode des quotas.

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !