Indonésie : la police drogue toute une ville en détruisant du cannabis | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
D'après le site Breitbart.com, la valeur totale de la marchandise détruite se chiffrerait à 1 million de dollars.
D'après le site Breitbart.com, la valeur totale de la marchandise détruite se chiffrerait à 1 million de dollars.
©Reuters

Effet secondaire

Indonésie : la police drogue toute une ville en détruisant du cannabis

Si tous les officiers de police étaient munis de masques, les badauds qui se sont arrêtés pour observer le feu ainsi que les autres habitants ne disposaient d'aucune protection.

Une ville entière a subi malgré elle les effets de la combustion du cannabis après la destruction par la police indonésienne de trois tonnes de drogue. La fumée s'est vite répandue dans les habitations, et les habitants de la ville de Tangerang ont rapidement souffert de maux de tête et d'étourdissement. La police avait confisqué trois tonnes de résine de cannabis au cours de ces dernières semaines, et a décidé de les détruire à la fin du mois de mars. 

D'après le site Breitbart.com, la valeur totale de la marchandise détruite se chiffrerait à 1 million de dollars. Le responsable de la police locale a affirmé que cette importante quantité de drogue avait été saisie dans le sud de la ville le 2 février. Si tous les officiers de police étaient munis de masques, les badauds qui se sont arrêtés pour observer le feu ainsi que les autres habitants ne disposaient d'aucune protection. 

Un habitant confie au Daily Mail avoir ressenti des maux de tête car il ne portait pas de masque. Un journaliste britannique affirme quant à lui avoir été obligé de "s'asseoir pour prendre une tasse de thé" afin de supporter les effets indésirables.  Les autorités ont également détruit près de 2 kilos de méthamphétamine et plus de 2 500 pilules d'ecstasy. 

Lu sur le Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !