Il y a douze points noirs sur cette image, mais pourrez-vous tous les voir ? | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Il y a douze points noirs sur cette image, mais pourrez-vous tous les voir ?
©

Sorcellerie

Il y a douze points noirs sur cette image, mais pourrez-vous tous les voir ?

Essayez, vous verrez.

L'image ci-dessous comporte douze points noirs. Pouvez-vous tous les voir à la fois ? Normalement, non. 

L'image a été tweetée pour la première fois par le développeur Will Kerslake. Elle date en réalité d'un article publié dans le journal Perceptionen 2000. 

La raison pour laquelle l'illusion optique fonctionne est en fait relativement simple : nous n'avons pas de problème à voir le point noir qui est au centre de notre champ de vision ; ce sont ceux autour qui posent problème. Chez les humains, la vision périphérique est assez mauvaise. Si vous vous concentrez sur un mot de ce paragraphe et que vous essayez d'en lire d'autres sans bouger les yeux, vous verrez sans doute qu'ils sont flous. Avec cette mauvaise vision périphérique, le cerveau devine en permanence ce qui se trouve aux alentours de notre vision, et crée une image en fonction de ce qu'il imagine. 

C'est pour ça que si on fixe un point noir, on le voit très bien, puis si on bouge son regard, on a l'impression qu'il disparaît et qu'un autre apparaît. Il n'y a là rien de magique. ,

Ou presque. Comme l'explique Derek Arnold, scientifique qui étudie la vision à l'Université du Queensland en Australie, au site The Verge, on ne sait encore peu de la manière dont notre système de vision "recompose" les images ainsi. Mais c'est pour ça que les illusions d'optiques ne sont pas qu'un jeu, mais ont une véritable utilité scientifique : elles nous permettent de voir comment fonctionne notre cerveau et notre vision. 

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !