Il pensait avoir un "ventre à bière" : c'était une tumeur de 35 kilos | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Santé
Il pensait avoir un "ventre à bière" : c'était une tumeur de 35 kilos
©Capture d'écran BFMTV

Incroyable

Il pensait avoir un "ventre à bière" : c'était une tumeur de 35 kilos

Un Américain de 47 ans a vécu plus d'un an avec une tumeur à l'estomac.

S'il est vrai que les hommes peuvent voir se développer un petit ventre après avoir passé 40 ans, la taille de celui-ci aurait dû l'alerter... Hector Hernandez, un Californien, ne s'est pas inquiété outre mesure en voyant son ventre grossir, a-t-il expliqué au Washington Post : "je pensais juste que j'étais gros", a-t-il expliqué au journal. Quant à ces amis, ils se contentaient de plaisanter sur son "ventre à bière", bien qu'il n'en boive jamais... Même son médecin, quand il a commencé à avoir du mal à respirer et à être constipé, lui a répondu que tout le monde n'est pas égal face à la prise de poids...

Mais quand son ventre énorme est devenu dur au toucher, Hector Hernandez a vraiment commencé à s'inquiéter et est allé voir un second médecin. C'est alors qu'il a été diagnostiqué d'un liposarcome rétropéritonéal, un cas rare de tumeur cancéreuse qui se forme dans les cellules grasses.

L'homme de 47 ans a finalement été opéré : la tumeur pesait près de 35 kilos, la plus grosse que son chirurgien, l'oncologue William Tseng, ait vu. L'opération a duré plusieurs heures mais n'a pas entraîné de complications. Par chance, la tumeur a épargné les principaux vaisseaux sanguins et la plupart des organes du patient. Il a simplement eu un rein découpé car il était endommagé.

Les docteurs sont maintenant face à un mystère : comment cette tumeur a-t-elle pu se développer ? Quand ? Et pourquoi ? Autant de questions pour l'instant sans réponse.

Le patient, qui doit subir des examens de contrôle régulier, déclare avoir "vraiment eu de la chance".

Lu sur le Washington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !