Harry Potter : JK Rowling dévoile pourquoi le Poudlard Express part de King's Cross | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Europe
JK Rowling, l'auteur de la saga Harry Potter.
JK Rowling, l'auteur de la saga Harry Potter.
©

Mignon

Harry Potter : JK Rowling dévoile pourquoi le Poudlard Express part de King's Cross

Dans The Guardian, J.K. Rowling explique pourquoi elle a fait de la gare de King's Cross, à Londres, un élément central de la saga Harry Potter.

Tous les fans de la saga Harry Potter ont un jour rêvé d'emprunter le quai 9 3/4 de la gare londonienne de King's Cross, afin d'embarquer dans le Poudlard Express. Mais comment cette gare est-elle devenue centrale dans le monde des sorciers ?

Selon l'histoire officielle de la saga, lorsque le ministère de la Magie a décidé d'utiliser le train pour conduire les étudiants à Poudlard, des voix se sont élevées pour expliquer que construire une gare magique en plein centre de Londres risquerait d'attirer l'attention des Moldus - les humains non doués de pouvoirs magiques. C'est finalement Evangeline Orpington, ministre de 1849 à 1855, qui a eu l'idée de créer un quai uniquement accessible aux sorciers, dans la gare nouvellement construite de King's cross.

Plus sérieusement, ce choix a une "signification très personnelle" pour la romancière. Ses parents se sont en effet rencontré dans un train vers l'Ecosse, qui était parti de cette gare. Pour elle, elle a donc une "valeur évocatrice et symbolique" très forte. Elle explique aussi que c'est l'endroit le plus simple pour ralier la Calédonie, l'ancien nom de l'Ecosse, où se trouve Poudlard.

"Aujourd'hui, il y a un vrai chariot coincé à moitié dans un des murs de la gare, et ça me rend extrêmement fière à chaque fois que je passe devant", indique la romancière.

Lu dans The Guardian

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !