Hannibal Lecter : l'auteur du roman révèle qui lui a inspiré le personnage du psychiatre cannibale | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Insolite
Le personnage d'Hannibal Lecter a été inspiré d'un médecin condamné pour meurtre.
Le personnage d'Hannibal Lecter a été inspiré d'un médecin condamné pour meurtre.
©Allociné

Bon appétit bien sûr

Hannibal Lecter : l'auteur du roman révèle qui lui a inspiré le personnage du psychiatre cannibale

Il ne s'agit pas d'un personnage de fiction, mais d'un homme bien réel...

Thomas Harris, l'auteur du célèbre thriller Le Silence des agneaux, a récemment révélé qui lui a inspiré le fameux personnage du psychiatre cannibale, Hannibal Lecter. Contrairement à ce qu'on pourrait croire, il ne s'agit pas d'un personnage de fiction, mais d'un homme bien réel : un médecin condamné pour meurtre, qu'il a rencontré dans les années 1960 en visitant une prison mexicaine, rapporte le Daily Mail.

Jeune journaliste de 23 ans, Harris s'était initialement rendu dans cette prison pour interviewer un certain DykesAskewSimmons, emprisonné pour avoir tué trois personnes. C'est à ce moment là qu'il a aussi fait la connaissance du "Dr Lazar" (un faux nom). Un an plus tôt, ce dernier avait soigné Simmons d'une blessure par balle (il s'était fait tirer dessus par les gardiens de la prison alors qu'il tentait de s'évader).

Dans la préface d'une nouvelle édition du Silence des agneaux, publiée à l'occasion du 25e anniversaire de la sortie du livre, Harris est revenu sur cette étrange rencontre. La conversation a pris une tournure très sombre et inquiétante lorsque le Dr Lazar a commencé à évoquer la blessure de Simmons et ses victimes... Ce n'est qu'après l'entretien qu'un gardien a dit à Harris que le Docteur était lui aussi un meurtrier : "Il ne quittera jamais cet endroit. il est fou".

Lu sur The Daily Mail

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !