Halloween : les chats noirs particulièrement prisés en Hongrie... par les satanistes | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
International
Hongrie : les chats noirs particulièrement prisés pour Halloween... par des satanistes
Hongrie : les chats noirs particulièrement prisés pour Halloween... par des satanistes
©Flickr / Gilles Chiroleu

Satanés humains

Halloween : les chats noirs particulièrement prisés en Hongrie... par les satanistes

Les responsables du principal refuge félin de Budapest ont en effet découvert que les adoptions de ces matous avaient pour finalité de les sacrifier durant des messes noires.

Ils restent là, blottis dans leur mince territoire partagé, attendant l'adoption. Tous ces chats noirs qui fréquentent l'arche de Noé, le principal refuge félin de Budapest, ignorent pourtant qu'actuellement, ils sont particulièrement prisés par des humains qui n'ont pas vraiment envie de les câliner. "Nous ne donnons pas de chats entre mi-octobre et mi-novembre" rappelle sur son site le refuge en question.

La raison de cette méfiance est simple. Quelques jours avant Halloween, cette association reçoit un nombre croissant de coups de fil pour adopter, spécifiquement, ces foncés matous. Mais ces potentiels adoptants ont de bien sombres desseins : "Ces chats sont prisés des satanistes qui veulent les sacrifier lors de messes noires durant la période d'Halloween, une fête d'inspiration païenne qui coïncide avec la Toussaint catholique", note la responsable du refuge Kinga Schneider.

C'est pourquoi, désormais, ces félins restent sous bonne garde avant et après ce maudit 31 octobre, attendant que des humains autrement plus aimants ne daignent s'intéresser à eux. "Si l’on pouvait croiser l’homme et le chat, ça améliorerait l’homme, mais ça dégraderait le chat" regrettait d'ailleurs Mark Twain...

Vu sur Sud-Ouest

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !