Greta Thunberg chercherait une embarcation afin de rejoindre la COP25 à Madrid | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Environnement
Greta Thunberg chercherait une embarcation afin de rejoindre la COP25 à Madrid
©SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

COP25

Greta Thunberg chercherait une embarcation afin de rejoindre la COP25 à Madrid

Après la décision du Chili de renoncer à l'organisation de la COP25 alors que le pays est traversé par un mouvement social de grande ampleur, Greta Thunberg va devoir retraverser l'Atlantique pour assister à la conférence internationale qui va se dérouler en Espagne en décembre.

Greta Thunberg était arrivée à New York à la fin du mois d'août à bord d’un voilier "zéro carbone". Elle avait en effet participé en septembre dernier au sommet sur le climat de l’ONU. Dans un discours qui avait fait couler beaucoup d'encre, elle avait dénoncé l'attitude des dirigeants de la planète sur les questions environnementales et sur le réchauffement climatique. 

Elle a également participé à la fin du mois de septembre à Montréal à une manifestation géante. 

La militante suédoise devait ensuite se rendre en décembre à Santiago, au Chili, afin d'assister à la COP25 sur le climat. La conférence internationale vient d'être officiellement transférée en Espagne, à Madrid. La manifestation va se dérouler entre le 2 et le 13 décembre.

Greta Thunberg a demandé de l’aide sur les réseaux sociaux afin de pouvoir retraverser à nouveau l’océan Atlantique, dans l’autre sens, sans avoir un impact négatif sur le climat et l'environnement. Elle a publié un message sur Twitter : 

"La COP25 ayant officiellement été transférée de Santiago à Madrid, j’aurai besoin d’aide. Il s’est avéré que j’ai parcouru la moitié du monde dans le mauvais sens :) J’ai besoin de trouver un moyen pour traverser l’Atlantique en novembre... Si quelqu’un pouvait me trouver un moyen de transport, je serais extrêmement reconnaissante (…) Je suis vraiment désolée de ne pas pouvoir me rendre en Amérique du Sud et en Amérique centrale cette fois-ci, j’étais tellement impatiente. Mais ce n’est bien sûr pas à propos de moi, de mes expériences ou de l’endroit où je souhaite voyager. Nous sommes dans une urgence climatique et écologique. J’envoie mon soutien aux personnes au Chili."

Huffington Post

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !