Gliese 832c, planète la plus semblable à la Terre jamais découverte | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
Science
Gliese 832c, une des voisines les plus similaires à la terre
Gliese 832c, une des voisines les plus similaires à la terre
©© UPR Arecibo

Chers voisins

Gliese 832c, planète la plus semblable à la Terre jamais découverte

Située à côté de nous, à "seulement" 16,1 années lumières de la terre, cette planète 5 fois plus massive que la terre, découverte récemment, serait une de nos voisines les plus habitables.

C’est probablement l’exoplanète, donc située en dehors de notre système solaire, la plus ressemblante à la terre. Réciproque : ce pourrait être la planète la plus habitable proche de nous. Son nom, pas encore très poétique : Gliese 832c. Une planète située à 16,1 années-lumière, (environ 152 317,760 milliards de kilomètres) et découverte récemment par des astronomes de l’université australienne de Nouvelles-Galles du Sud, rapporte le site de The Verge

Selon les astronomes, la planète navigue sur la bordure intérieur de son système et est donc susceptible de recevoir un flux d’énergie comparable à celui de la terre, explique futura-sciences.com. Son index de similarité avec la planète bleue a été établi à 0,81, un des plus hauts.

Ses particularités ? Elle est cinq fois plus massive que la planète terre (les scientifiques parlent alors de superterre), et gravite autour de son soleil, une naine rouge moins chaude que le soleil, en seulement 36 jours. C’est donc réveillon tous les mois. Dans les points négatifs, l’atmosphère de la planète semble plus dense que sur terre, ce qui la rendrait beaucoup plus chaude que la terre, un peu comme Vénus où la température peut atteindre les 460°. Un point qui reste cependant à établir avec précisions.

De son côté, la communauté scientifique est cependant très enthousiaste : "si la planète a une atmosphère similaire à celle de la terre, la vie pourrait y être possible, même si les variations de températures sont importantes", explique au site Chris Tinney, professeur à l’université australienne.

Lu sur theverge.com

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !