Gérard Depardieu : Etre comédien ? "Ce n'est plus mon truc", dit-il | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
People
Gérard Depardieu : Etre comédien ? "Ce n'est plus mon truc", dit-il
©Reuters

Désenchanté

Gérard Depardieu : Etre comédien ? "Ce n'est plus mon truc", dit-il

L'acteur est de retour sur scène au théâtre Antoine, à Paris, pour lire "Love Letters" aux côtés d'Anouk Aimée.

Le cœur n'y est plus. "J'ai adoré être sur les planches. Mais aujourd'hui, cela m'ennuie. Voilà pourquoi je ne joue 'Love Letters' que sept jours. Etre comédien, ce n'est plus mon truc",a confié Gérard Depardieu au JDD. L'acteur, qui se produit actuellement au théâtre Antoine, à Paris, est aussi revenu sur son rôle dans le film "Welcome to New York", inspiré de l'affaire DSK. "C'était passionnant de se laisser guider par l'énergie du réalisateur américain Abel Ferrara, et en même temps, le tournage fut difficile." "Le film va au-delà du fait divers pour dire à quel point la chair est triste aujourd'hui [...]. Le film montre la saleté, y compris à travers les corps. Rien de beau ne sort de là", a-t-il ajouté.

Gérard Depardieu, qui a créé la polémique en décembre 2012 en se domiciliant en Belgique pour raisons fiscales, avant de prendre la citoyenneté russe, a aussi décrit à quoi ressemblait sa vie : "Je suis un privilégié : je n'ai plus besoin de gagner ma vie. J'ai assez travaillé avant. J'ai la liberté de faire ce que je veux, où je veux et quand je le veux." "Sans oublier Néchin (en Belgique, ndlr), je passe la plus grande partie de mon temps en Azerbaïdjan, en Ukraine, en Russie, et en ce moment en Italie, là où me conduisent mes affaires. Je me trimballe un peu partout. J'ai toujours été un vagabond, un chat de gouttière. Je ne veux plus avoir d'attache nulle part."

Lu sur le JDD

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !