Game Boy : la première console de jeu vidéo de poche fête ses 25 ans | Atlantico.fr
Atlantico, c'est qui, c'est quoi ?
Newsletter
Décryptages
Pépites
Dossiers
Rendez-vous
Atlantico-Light
Vidéos
Podcasts
High-tech
La Game Boy a 25 ans
La Game Boy a 25 ans
©Flickr

Bon anniversaire !

Game Boy : la première console de jeu vidéo de poche fête ses 25 ans

Son fabricant, le japonais Nintendo en a écoulé plus de 118 millions d’exemplaires.

C’est un temps que les moins de 25 ans ne peuvent pas connaître. Une époque où les smartphones ne se trouvent pas à chaque coin de rue. Une éternité en terme d’âge technologique et pourtant pas si éloigné que cela. En effet, ce 21 avril 2014, nous fêtons les 25 ans de la toute première Game Boy. Car le 21 avril 1989 sortait dans le commerce la première console de jeu vidéo de poche à cartouche interchangeable. Lancé par le japonais Nintendo, cette console allait révolutionner le monde du jeu vidéo.

Pouvoir trimbaler leur nouvel amusement high-tech favori était le rêve des mômes d'alors. La firme de Kyoto fut la première à le réaliser, tout comme Sony fut le premier à mettre un lecteur de musique dans la poche des adultes dix ans auparavant. La Game Boy, vendue 8 000 yens à l'époque (56 euros actuels), c'est "35 heures de jeu dans la poche avec quatre piles bâtons", vendait la publicité.

Et la Game Boy est à jamais associé aux jeux Tetris et Mario et plus loin dans le temps aux aventures interminables de Pikachu et de sa clique de Pocket Monsters. Un succès qui a fait le bonheur de Nintendo qui a écoulé quelque 118 millions d’exemplaires de sa célèbre e de consoles (Game Boy comprend aussi les versions "pocket", "lite" et "color"). A ce record s'ajoutent quelque 82 millions exemplaires de la génération suivante, la série "Game Boy Advance". Quant au nombre de jeux vendus, il se chiffre en milliards.

Lu sur BFMTV

En raison de débordements, nous avons fait le choix de suspendre les commentaires des articles d'Atlantico.fr.

Mais n'hésitez pas à partager cet article avec vos proches par mail, messagerie, SMS ou sur les réseaux sociaux afin de continuer le débat !